DANS L'ACTUdernier minutesSociétéUNE

Forchap : “L’État à travers la direction générale des Impôts a voulu faciliter la tâche aux contribuables”

En séjour à Bafoussam à la faveur du séminaire de formation sur les téléprocédures, notamment la déclaration statistique et fiscale par la voie numérique, le chargé de mission de la direction générale des Impôts évoque la pertinence et le bien fondé de ce nouveau mécanisme. M. Forchap répond au micro de la rédaction.

Monsieur forchap, vous êtes à Bafoussam dans le cadre d’une formation des personnels des impôts et des contribuables au sujet des télé procédures. Que retenir au sortir de cette séquence de formation ?

Depuis un certain temps, la direction générale des Impôts a voulu faciliter la tâche aux contribuables dans le processus de leurs obligations fiscales. C’est dans ce contexte que la DGI a digitalisé presque toutes les procédures de déclaration des impôts. Aujourd’hui on est en phase finale avec la déclaration en ligne des DSF, c’est-à-dire la déclaration statistique et fiscale. Et comme le délai c’est le 15 Mars, le directeur général des impôts a voulu accompagner les contribuables et c’est pour cette raison qu’il nous a dépêché sur le terrain pour former les contribuables et former également nos personnels pour que le processus se passe sans heurts.

Qu’est ce qui va changer concrètement en la matière ?

En fait, d’habitude les DSF sont déposés en supports physiques. Aujourd’hui le contribuable n’a plus besoin de se déplacer. Il a juste besoin de son ordinateur ou de son portable connecté sur internet. À travers cet outil il pourra faire toutes ses déclarations, y compris la DSF.

Trois heures de formation à peine ont-elles été suffisantes pour outiller ces contribuables ? Si oui, quel sera le mécanisme de suivi?

Nos personnels sont déjà formés et le personnel est à la disposition des contribuables. Donc tout contribuable qui aura les difficultés sera invité à contacter son centre de rattachement et il aura toutes les informations utiles. Le message que je voudrais passer aux contribuables c’est que l’État à travers la direction générale des Impôts veut faciliter la tâche aux contribuables. L’État par ce mécanisme voudrait également que le contribuable soit citoyen, qu’il sache que la machine ne se trompe pas et qu’aux dates butoires la machine elle-même va détecter qui a déclaré et qui ne l’a pas fait. Donc il est grand temps que les contribuables fassent leurs déclarations pour que le dateline du 15 Mars ne le rattrape pas.

Y a-t-il des difficultés rencontrées depuis la dématérialisation du système fiscal ? Si oui, ont-elles fait l’objet de cette session ?

Naturellement, il y a des difficultés soulevées par les contribuables pendant la formation. Il y a le problème de connexion, il y a le problème de perturbation de notre système, il y a même le problème des connaissances en matière d’informatique. C’est pour cela qu’on les invite de faire appel à nos agents, soit aux experts qui sont les conseillers fiscaux.

Vous avez dit qu’il s’agit d’un mécanisme pour éviter les tracasseries. En faisant appel à vos agents, ne revient-on pas au premier mécanisme de tracasseries ?

Non, il faut déjà dire que nous avons un help desk qui est la disposition des contribuables avec les numéros connus de tous les contribuables. C’est-à-dire que même à partir de chez vous vous pouvez contacter notre help desk qui vous dit ce qu’il y a lieu de faire. Donc vous n’avez pas pas besoin de vous déplacer vers le centre. Donc il y a le centre de rattachement mais il y a également la direction générale des Impôts avec un help desk à la disposition de tous les contribuables.

Propos recueillis par Sébastien ESSOMBA

Share:

Leave a reply

Résoudre : *
7 − 1 =