CULTUREDANS L'ACTUdernier minutesUNE

Miss Culture Ouest : Douze prétendantes sérieuses pour une couronne !

Le casting en vue de l’élection Miss culture ouest s’est déroulé le week-end dernier à Bafoussam. C’était en présence de la présidente nationale de l’association Misscurecadi, qui porte le projet.

Elles étaient 12 au total. 12 candidates engagées pour le casting en vue de l’élection de Miss culture ouest 2024 prévue au mois de mars. Elles ont démontré de quoi elles sont capables, à travers les démonstrations, faisant valoir chacune au passage, sa beauté naturelle, élément fondamental recherché dans cette compétition. C’était le dimanche, 28 janvier dernier dans la salle des banquets des services du gouverneur de l’ouest, en présence d’un public de grands jours et de l’honorable docteur Fotso fostine, Présidente nationale de Miss culture régions Cameroun et diaspora (Misscurecadi) et Présidente du comité d’organisation de Miss Culture Ouest. “La culture c’est notre dernier rempart. Alors, c’est triste de voir les jeunes filles de 16 ans, 17 ans, 18 ans, 20 ans, s’encombrer avec des make up, des faux cils, des fausses ongles, des cheveux jusqu’aux fesses et se décaper totalement. Et c’est embêtant de se rendre compte que nos enfants ne parlent pas la langue maternelle, alors que c’est très important. C’est l’identité première de l’Africain. Donc, j’interpelle le Président de la République, son excellence Paul Biya, de créer des écoles de formation en langue maternelle dans toutes les régions”, s’est-elle confiée.

DE LA PROMOTION DES VALEURS CULTURELLES

Sous l’encadrement institutionnel de la délégation régionale du ministère des arts et de la culture de l’Ouest, trois passages ont meublé ce casting. Il s’agit du passage de présentation aux couleurs des partenaires, en l’occurrence Orange Cameroun et Boissons du Cameroun, et de deux autres Passages en tenue de ville et en tenue traditionnelle. La Présidente nationale de Misscurecadi a saisi cette occasion pour inviter l’État du Cameroun à s’impliquer d’avantage dans le domaine de la culture pour sauvegarder l’identité africaine à travers le vestimentaire, et surtout la langue maternelle. “A mon petit niveau ici à Bafoussam même, j’ai créé déjà une petite école de formation en langue maternelle et le lancement c’est au mois de Mars, la semaine de la finale de ce concours. Cette petite salle de classe a une capacité de dix élèves seulement. Mais seule, je ne peux pas porter ce projet. C’est pour ça que je voudrai prier l’État du Cameroun de s’approprier ce projet, parce que nos enfants vont à l’étranger, même ceux qui ne sont pas allés à l’étranger, on ne peut pas dire en patois ‹‹ voilà le feu, fuyez ! ››. Et c’est très mauvais. Nous ne voulons plus des anciens colonisateurs. Dans tous les pays d’Afrique, notamment, en Afrique de l’ouest, on dit on ne veut plus ces blancs, mais tant que nous n’embrassons pas notre identité. Les enfants s’expriment en français, en anglais et ne s’expriment pas en leur langue maternelle”, a-t-elle ajouté.

Pour cette deuxième édition, la Miss Culture Ouest remportera d’importants prix dont le voyage aller et retour Yaoundé – Paris – Yaoundé. Ses autres Dauphines, elles aussi, seront primées grâce à la Présidente nationale de Misscurecadi et ses partenaires. Rendez-vous donc le 16 Mars 2024 pour vivre l’apothéose de cette finale qui fera date

Sébastien ESSOMBA

Share:

Leave a reply

Résoudre : *
9 + 29 =