DANS L'ACTUSport

Match de Gala : Marius NOUBISSI joue et marque pour ses fans à Bafoussam

Le footballeur Camerounais de 23 ans, évoluant à BEERSCHOT en Belgique a profité de la petite trève du championnat Belge pour venir partager des moments d’émotions avec les siens.

La population du quartier Tocket a eu droit à un après midi exceptionnel ce jeudi 26 décembre 2019, au lendemain de la célébration de la fête de la nativité. L’un des fils du coin, Marius NOUBISSI, footballeur international, aura bien voulu, avec l’aide de ses amis, effectuer un retour aux sources, par ce match de gala au petit stade saint Thomas d’Aquin où il a fait ses débuts, avant d’intégrer les grands clubs dont Astres de Douala d’où il s’envole pour l’extérieur.

La rencontre qui mettait aux prises les professionnels à une sélection locale, en l’occurrence les amis de Marius NOUBISSI (appelé affectueusement Balotelli fort de sa belle performance la saison dernière) s’est voulue un régal. Chacune de ses touches de balle faisant l’objet d’applaudissements à tout rompre. Son but égalisateur réveillera alors la foule, qui applaudit sans fin son champion. “C’est un match de gala, organisé par moi parce que ça c’est un stade où j’ai grandi. J’ai réfléchi, j’ai pensé organiser ce match parce que ça fait longtemps je n’ai pas eu la possibilité d’être avec des amis, d’être avec la famille, ça fait déjà près de cinq ans je n’ai pas beaucoup de temps pendant les vacances pour revenir retrouver les amis. J’ai eu un peu de temps pendant cette période de Noël, j’ai décidé de revenir fêter avec la famille, j’ai aussi pensé avec le drame qu’il y a eu du côté de Gouache, de venir aussi donner un coup de main à ces gens qui ont eu ce problème”, lance-t-il.

Du passage de témoin

L’une des curiosités de la rencontre de gala cet après midi au stade saint Thomas d’Aquin de Bafoussam aura été la présence sur l’ère des jeux d’un personnage mythique, un homme du 3e âge. Fabien NOUBISSI, 68 ans, ancien footballeur et par ailleurs géniteur de Marius NOUBISSI, a voulu faire honneur à son fils, à qui il a voulu passer officiellement le témoin.

Le temps d’une mi-temps, Fabien NOUBISSI s’est donné à fond, avant de céder sa place à un autre joueur, en remettant officiellement le brassard à son fils. “Ce gala était pour mon fils un moment important. Il tenait à ce que son papa qui a 68 ans aujourd’hui soit entrain de jouer sur le même stade avec lui, afin de lui passer le témoin, puisqu’il joue au même poste que moi son papa à l’époque. J’ai joué dans presque tous les clubs du pays: aigle de Nkongsamba, Dragon de Douala, Unisport de Bafang à travers laquelle je suis allé à l’équipe nationale en 78, donc je préfère passer le témoin officiellement à mon fils”, se confie-t-il, non sans jeter un regard global sur le football camerounais aujourd’hui, en même temps qu’il évoque l’hypothèse de la sélection de son fils à l’équipe nationale, celui-là même qui aurait pris il ya plus de deux ans la nationalité italienne. “Le Cameroun regorge de meilleurs joueurs, mais la différence c’est qu’à notre temps c’était un football archaïque. Moi on m’appelait caterpillar. Quand trois défenseurs s’accrochaient sur moi je les amenait pour aller marquer. Aujourd’hui il y a des bons petits joueurs, je suis entraîneur régional des minimes, des U-15. Aujourd’hui je prie juste pour mon fils, il a montré toutes ses preuves. Est-ce qu’aujourd’hui c’est moi qui devais demander qu’il soit sélectionné à l’équipe nationale ? Si j’avais accepté il y a de cela deux ans, il aurait signé la nationalité italienne depuis. On voulait qu’il signe la nationalité pour intégrer un centre de formation. Moi j’ai refusé”, a-t-il renchérit.

Le coup de cœur de Marius NOUBISSI

Au-delà de la rencontre de football, Marius NOUBISSI aura voulu s’incliner devant la mémoire des victimes de la catastrophe écologique de Gouache 4, survenue au mois de Novembre dernier. Cet éboulement de terrain qui, on se souvient, avait emporté 43 personnes, faisant des sans abris. En attendant se préparer pour davantage de soutien aux sinistrés de cette contrée, une visite de courtoisie leur a été rendue avec quelques présents en guise d’accompagnement pour les fêtes de fin d’année. “J’ai fait un tour à Gouache où j’ai remis un petit don aux sinistrés, parce que je sais que ça c’est la période de Noël, ils ont vraiment besoin. La prochaine fois je mobiliserais mes amis les professionnels pour pouvoir aider ces personnes”, a martelé Marius NOUBISSI.

Sébastien ESSOMBA

Share:

Leave a reply

Résoudre : *
15 ⁄ 3 =