DANS L'ACTUdernier minutesSociétéUNE

Police municipale : Paul Biya fixe le Cap, le maire Tomaino Ndam Njoya donne le ton !

Moins de vingt quatre heures après la signature par le chef de l’État du décret organisant ce secteur d’activités, le maire de la Commune de Foumban lance le recrutement pour la formation de la police municipale dans sa Commune. Une réaction prompte qui remet au goût du jour ses antécédents avec les autorités administratives locales sur la question.

Le Président de la République du Cameroun, Paul Biya, vient de trancher une question qui a longtemps constituée la pomme de discorde entre les élus locaux et les préfets, considérés comme la tutelle des mairies. C’est le moins que l’on puisse dire de la signature hier mardi, 08 août 2022, du décret fixant les modalités d’exercice de la police municipale. Un décret qui organise le secteur, et qui précise les missions de ces agents qui devraient travailler sous la responsabilité des exécutifs municipaux.

À peine ce décret signé, le maire de la Commune de Foumban, par ailleurs présidente du syndicat des communes du Noun, a saisi la balle au rebond. À l’occasion de la célébration ce 10 août 2022 de la journée mondiale de la décentralisation et du développement local, Hon Tomaino Hermine Patricia Ndam Njoya, a lancé un appel à candidature pour la formation en qualité de police municipale, conformément aux dispositions des articles 17 et 18 du décret présidentiel Nº2022/354 du 09 août 2022 fixant modalités d’exercice de la Police Municipale. Les candidats désireux de faire partie de cette organisation ont donc jusqu’au 02 septembre 2022 à quinze heures et trente minutes pour faire acte de candidature. La convocation des candidatures devant débuter à partir du 05 septembre.

Le Maire encourage cependant les jeunes gens, de tout sexe confondu, âgés de 21 ans à 35 ans, volontaires, physiquement aptes, de bonne moralité, jouissant de droits civiques et disposant d’un diplôme équivalent au CEP et plus, à se manifester pour le besoin de la cause. Les dossiers attendus comprendront justement une demande timbrée à 1000 FCFA (timbre Communal) adressée à Madame le Maire de la Commune de Foumban, une photocopie de la carte nationale d’identité, une photocopie d’acte de naissance, un certificat médical attestant l’aptitude physique du candidat à suivre la formation, et la photocopie du diplôme le plus élevé du candidat.

Cette sortie du Maire traduit s’il en était encore besoin, sa volonté et sa détermination de mettre de l’ordre dans une ville de Foumban en proie à un désordre urbain considérable. On se souvient encore des accrochages avec l’ancien préfet du département du Noun, Bonyomo Donatien, sur cette lancinante question de police municipale. Alors que madame le Maire, à l’aune des délibérations du conseil municipal, avait décidé de la formation et de mise en service de ces agents conformément aux textes sur la décentralisation, le préfet avait trouvé mieux de botter en touche cette délibération du conseil. Une curiosité dans un contexte de décentralisation. Ce décret présidentiel tranche définitivement les débats sur la question. Une étape importante dans le processus en cours.

Sébastien ESSOMBA

Share:

Leave a reply

Résoudre : *
33 ⁄ 11 =