DOSSIERSociété

Festival du cinéma/Bafoussam : Dr Fotso Fostine invite les autorités de la région à s’approprier le projet

La Marraine de la neuvième édition du Festival International du Cinéma Indépendant de Bafoussam (Ficib) se dit peinée de voir les autorités de la région, particulièrement les élus, se mettre en retrait d’un tel événement à l’ère de la décentralisation.

La salle de fêtes de l’hôtel Zingana de Bafoussam était en effervescence ce mercredi soir, 17 Février 2021. Elle abritait ainsi la cérémonie de présentation du projet Ficib (festival international du cinéma indépendant de Bafoussam) au public, ainsi que la présentation de la Marraine de la neuvième édition, qui va se tenir au mois de Mars 2021 courant. Outre les démonstrations à travers l’humour, la projection cinématographique et autres prestations artistiques dont l’essentiel était assuré par l’artiste musicien Djay Wes (le créateur du concept le petcube), en passant par un défilé de mode fortement applaudi, le comité d’organisation a présenté avec maestria le concept Ficib et les attentes pour cette neuvième édition. “Les articulations de ce Festival c’est toujours la projection des films. Nous avons 30 films en compétition après toutes les sélections qui ont été faites. Nous avons un village du festival qui sera meublé pour que les partenaires et toutes les personnes qui ont des produits à exposer puissent le faire. La gastronomie également. Nous auront également une compétition inter établissements scolaires qui, aujourd’hui est un challenge jeune puisqu’en prélude à la 10ème édition, nous avons pensé ouvrir cette compétition à tous les jeunes. Donner la chance à chaque jeune qui a un produit ou un talent qu’il peut démonter. Une autre articulation, c’est la formation et les enseignements. Nous avons l’intention d’organiser un forum des étudiants des instituts des beaux arts du Cameroun” , indique Alvine Kouambo, présidente du comité d’organisation.

Garantir le développement par le Cinéma

Dans son allocution de circonstance, la marraine de l’événement, l’Hon Dr Fotso Fostine, dévoilée publiquement à cette occasion, a exprimé sa reconnaissance vis-à-vis du comité d’organisation pour le choix porté sur sa personne. En même temps, elle a déploré le fait que les autorités de la région et singulièrement les élus locaux, soient moins visibles dans cet événement. Pourtant, dans un contexte de décentralisation, des évènements pareils doivent être capitalisés selon elle, pour assurer le développement. Surtout lorsqu’on sait qu’ailleurs, en l’occurrence au Nigeria voisin, le rôle joué par le cinéma pour asseoir l’économie du pays est indéniable. Elle va promettre de faire tout ce qui relève du possible pour faire rayonner le Ficib. Séance tenante, elle a décidé de sa contribution pour l’événement. Une contribution qui s’élève à un million de francs CFA, après avoir assumé les charges liées à l’organisation de la soirée de présentation du projet et de sa marraine ce mercredi 17 Février 2021.

J’ai été très sensible par ce projet au combien révolutionnaire. Par ce que le cinéma est un domaine porteur. C’est un domaine qui peut véritablement contribuer au développement d’un pays. A l’exemple du Nigéria, 17% du PIB. Et puis, j’ai été touchée par ce que ce projet est porté par une jeune dame. Elle est à la 9ème édition. Nous sommes dans une région des milliardaires, des puissants hommes d’affaires. Je n’ai pas la prétention d’être riche. Mais, avec le phénomène de décentralisation, j’ai compris qu’il faille implémenter la mise sur pied de la région tant souhaitée par les populations de l’Ouest en particulier et du Cameroun en général. L’Ouest peut avoir son propre festival“, rassure Hon Dr Fotso Fostine. La soirée était animée de bout par la fanfare “fan club de la patriote, hon Me Fostine Fotso”, qui a effectué le déplacement de Baham à cet effet. Une marque de dynamisme salué à juste titre par tous.

La neuvième édition du festival international du cinéma indépendant de Bafoussam (Ficib) aura lieu du 24 au 27 Mars à Bafoussam sous le thème : “Le festival du cinéma comme vecteur du développement”. Rappelons tout compte fait, que le Ficib est un projet porté par l’association Ecran pour le Renouveau de la Culture Africaine (ERECA).

Sébastien ESSOMBA

Share:

Leave a reply

Résoudre : *
6 − 1 =