DANS L'ACTUPOLITIQUE

Cynisme politique : Simon Meyanga sacrifié à l’autel du Rdpc

Engagé dans la campagne pour son parti en vue de la présidentielle 2018, le communicant du Rdpc sera licencié contre toute attente par son patron, lui aussi militant du Rdpc. Ce qui aurait précipité la mort de Simon Meyanga.

Le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (Rdpc) est à nouveau frappé par la mort. L’un de ses communicateurs attitrés, Simon Meyanga, réputé pour ses positions sur les plateaux de télévision s’est éteint ce dimanche, 09 mai 2020 au CHU de Yaoundé “de suites d’une courte maladie”. Celui-là dont la pugnacité et la sagacité dans la défense des idéaux du parti au pouvoir étaient sans égal, a été frappé par la grande faucheuse. Mais son image reste cependant présente dans la mémoire collective, avec une dernière sortie remarquable le 1er mai dernier sur le plateau de décryptage sur la chaîne de télévision Canal 2 international.

Mourir pour le Rdpc ?

Le défunt Simon Meyanga vivait en réalité un traumatisme assez grave dû à son licenciement. Commis en effet par le comité central pour la communication du Rdpc pour la campagne électorale en vue de la présidentielle du 07 octobre 2018, Simon Meyanga, alors employé de la caisse nationale de prévoyance sociale, sera licencié pour abandon de poste par son patron, directeur de la Cnps, lui aussi militant du Rdpc. Une situation difficile à expliquer selon l’intéressé qui disait son ras-le-bol face à la réaction de son patron. “J’ai été sollicité par le comité central pour accompagner la campagne du Rdpc. Le Pr Jacques Fame Ndongo a saisi par écrit le directeur général de la Cnps à cet effet. J’ai aussi déposé une demande de permission à la direction des ressources humaines et j’ai la décharge. On s’est convenus de ce que durant cette période d’absence mon salaire allait être suspendu. J’ai été surpris qu’à mon retour, que l’on m’annonce que j’ai été licencié”, s’insurgeait alors Simon Meyanga face à Bouba Ngomena sur Canal 2 international, avant d’ajouter : “Face à cette situation, si je n’étais pas solide j’aurais fait un AVC et j’aurais craqué depuis. Imaginez que vous avez une famille sous votre responsabilité et que soudainement, vous n’avez plus de salaire, rien. Mais Dieu merci je tiens encore jusqu’à présent”.

Tout porte à croire donc, que la mort subite de Simon Meyanga est en relation avec son licenciement. Lequel licenciement s’apparente à une guerre des réseaux au sein du Rdpc, et donc sieur Meyanga n’est qu’un sacrifié.

Sébastien ESSOMBA

Share:

Leave a reply

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =