DOSSIERSociété

Accusé pour viol sur mineure de 8 ans : Un chef religieux musulman convoqué par le sultan

Après avoir écouté majestueusement la version de la jeune Mainouna mercredi dernier en compagnie de son tuteur, le sultan roi des Bamoun a ordonné la convocation de l’accusé qui n’est autre qu’un Imam, pour une confrontation. De cette confrontation pourrait alors jaillir les vérités de ce qui s’apparente à un scandale du siècle dans le Noun.

Âgée de huit ans seulement, la jeune Maimouna est au centre d’une scabreuse histoire vécue il y a quelques semaines, dans une banlieue de l’arrondissement de foumbot, département du Noun. Elle aurait été violée par un sexagénaire. Des informations recueillies auprès des sources concordantes, son bourreau n’est autre que son maître coranique, de son nom cheick Njayou Seidou Albani, qui aurait abusé de la petite orpheline, alors qu’elle ne demandait qu’à s’éduquer pour mieux pratiquer l’islam. “C’est moi qui avait pris l’enfant et son frère. Je suis allée personnellement les remettre à Albani pour apprendre le Coran et la religion musulmane, et c’est là-bas que l’irréparable s’est produit”, s’est confiée la nommée Nah Sana, mère adoptive de la petite Maimouna.

De la recherche de la vérité !

Du récit de la mère adoptive de la victime, il ressort une complicité constante de l’épouse de cheikh Albani dont s’agit. Le mise en cause dont nous avons tenté de joindre vainement croit dure comme faire, à en croire des sources proches de lui, qu’il ne s’agit que des mensonges fabriqués pour ternir son image par ses détracteurs qui ont du mal à voir ses activités fleurir. Mais en tout état de cause, cette question fait autant de buzz depuis un moment sur la toile, que seul son passage devant le sultan pourrait donner les éléments de réponses à de nombreuses interrogations. Il ya également lieu de constater l’implication de certaines élites Bamoun, déterminées à veiller aux grains afin que justice soit faite dans cette affaire. “Je suis un homme heureux et comblé de joie aujourd’hui. J’ai appris la bonne nouvelle ce matin, que le sultan roi des Bamoun a reçu la petite Maimouna hier. Il a demandé qu’on convoque cheick Njayou Seidou Albani de foumbot pour samedi. Je voudrais remercier la diaspora et tous ceux qui se sont mobilisés pour aider cette petite fille. Nous sommes ensemble jusqu’à la gare. La convocation est maintenue pour samedi matin. Je suis en pourparlers, en attendant confirmation, avec les amis qui travaillent au FBI, la police fédérale américaine. Si c’est confirmé, on pourra demander à Monsieur Njayou Seidou d’aller à l’ambassade des États-Unis à Yaoundé pour le test avec la petite Maimouna. C’est une demande que j’ai formulé aux amis qui travaillent au groupe de la sécurité et le FBI. Mais je vous dis, nous sommes ensemble jusqu’à la gare. Mainouna a bien expliqué son problème, tout ce qui s’est passé au sultan roi des Bamoun. Je ne veux pas entrer dans les détails parce que c’est un problème très sensible”, s’est confié le Grand Prince Njoya, un signe fils du sultanat joint au téléphone depuis la Californie. Lui qui trouve ahurissant cette bêtise humaine. “Mon sentiment est un sentiment de colère et d’indignation car comment pouvez-vous imaginer qu’une enfant de cet âge, naïve ne sachant pas encore se prendre en charge puisse être traînée dans un guet-apens par un individu, vieillard, irresponsable avec la complicité de (l’une de ses 3 épouses , considérée comme la protectrice de cet enfant afin de s’assouvir ses pulsions sexuelles car pédophile de renom et qui se cache derrière son titre de l’Imam dans une des prestigieuses mosquées du village.


Cet homme qui a abusé de cette mineure est âge d’environ plus de 60 ans. Faites la différence c’est tout simplement un monstre. Il doit être sévèrement puni. Il n’a pas sa place permis les humains. Mon souhait est le plus ardent est que la justice soit faite et que l’auteur des faits paie pour son forfait”, S’indigne-t-il.
Tous les regards sont donc rivés vers le palais à l’effet de comprendre la vérité et de voir la sentence réservée à cet homme religieux si jamais les faits sont établis.

Sébastien ESSOMBA

Share:

Leave a reply

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =